« Place des jeunes dans les territoires ruraux », contre leur « invisibilité »

L’avis du CESE fait unanimité

wp_20170111_009Extraits des préconisations : Rendre obligatoire une compétence jeunesse – Créer des campus ruraux de projets – Développer un pacte jeunes ruraux/ales, déclinés via les Contrats de ruralité

Mercredi 11 janvier, la séance plénière du CESE a adopté à l’unanimité l’avis sur La Place des jeunes dans les territoires ruraux.  

« Il faut traiter les jeunes de manière équitable et donner un peu plus à ceux qui ont moins. Reconnaitre la ruralité comme partie intégrante de la République », a déclaré le Ministre Patrice Kanner.

Ce travail répond à un vrai besoin et révèlent des spécificités des jeunes ruraux Lire la suite ICI qui invitent à réfléchir et à agir. Les jeunes ruraux ont de meilleurs résultats scolaires que les urbains jusqu’en 3ème puis, ils font des filières plus courtes, rejoignent les filières professionnelles. Ils sont impactés par le problème de la mobilité tant économiquement (coût d’un véhicule), que sur leur employabilité (difficulté d’accès aux stages, formations, emplois) mais aussi dans leur accès à la culture, aux loisirs. Les inégalités hommes/femmes sont prégnantes : division des rôles sociaux, jeunes femmes plus impactées par le chômage.

Du côté de l’engagement, leur implication bénévole est plus forte (18%) que celle des jeunes urbains (13%) mais leur confiance dans le politique s’effondre (92% d’entres eux).

Préconisations (extraits)

  • Rendre obligatoire une compétence jeunesse (16/29 ans) au sein des communautés de communes (construite dans un cadre partenarial, objet d’une convention avec les partenaires institutionnels, le soutien du Conseil Régional). Cette compétence favorise l’implication des jeunes, leur implication sur le territoire.
  • Créer des campus ruraux de projets pour permettre aux jeunes de construire les territoires ruraux d’aujourd’hui et de demain. Espace dédié à l’innovation, il prend appui sur un lieu d’ingénierie de projet. Il est dédié à la création d’activités économiques, sociales, de projets citoyens, … Missions locales, chambres consulaires, associations sont partenaires.
  • Développer un pacte jeunes ruraux/ales, déclinés via les Contrats de ruralité. Pour favoriser la vie et le parcours des jeunes en milieu rural, plusieurs portes d’entrées : travailler l’égalité femmes/hommes (formation des accompagnateurs, place dans les projets), diversifier l’offre de formation, favoriser l’accès au logement, la mobilité (centrales de mobilité, permis de conduire dans le cadre de formation, accès à la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.